اغتيال العقل

الطبعة الأولى:  1985

الناشر دار التنوير للطباعة والنشر

الطبعة الثانية :  1990

الناشر مكتبة مدبولي

الطبعة الثالثة :  1990

الناشر المؤسسة الوطنية للفنون المطبعية

الطبعة الرابعة : 1992

الناشر المؤسسة العربية للدراسات والنشر

الطبعة الخامسة : 2006

الناشر المركز الثقافي العربي

الطبعة السادسة : 2012

الناشر المركز الثقافي العربي

 

ترجمة :

يشكل هذا الكتاب الفصل الأول من مشروع مراجعة نقدية لتجربة النهضة العربية، ثقافية وسياسية وإجتماعية، التي نشأت من تصادم الحضارتين العربية الاسلامية والغربية وتفاعلهما، منذ القرن التاسع عشر، وطبيعة "الحداثة" والثقافة الحديثة التي ولدت منهما، والتحديات التي نشأت عنها، والمصاعب التي واجهتها المجتمعات لإعادة تشكيل هويتها وأساليب عملها ونظمها المختلفة والتناقضات التي رافقتها وسقف الطموحات التي تعلقت به وحدودها في الوقت نفسه.

ويقدم الكتاب منظورا مختلفا لفهم أسباب إخفاق هذه النهضة ومناقضا لتلك الطروحات التي سعت إلى البحث عن مفتاح فهم الطريق المسدود الذي وصل إليه جهد العالم العربي في التحديث والاندراج في مدنية العصر والحداثة خلال العقود الطويلة الماضية في نقائص التراث العربي الاسلامي أو في الجمود الفكري كما فعل الاصلاحيون الاسلاميون في نهاية القرن التاسع عشر. فيبين أن أصل هذا الأخفاق، بعكس ما يسعى إلى إشاعته أيضا بعض المستشرقين المعاصرين الذين يركزون على الطبيعة السحرية والانفعالية والشفوية أو المتكلسة للثقافة العربية وافتقارها لتراث الحكمة المنطقية والمحاكمة العقلية والبحث العلمي، موجود في العقل الحداثي أو التحديثي العربي الجديد نفسه، واقتدائيته وتبعيته وخضوعه للرهانات الايديولوجية وتصنيعه للآليات الدفاعية التي تسعى إلى تكريس سيطرة النخب الاجتماعية والتغطيشة على فشلها وتهربها من المسؤولية. وهذا هو "العقل" الذي قاد عمليات التغيير وبناء الدولة وقيادتها، وهو الذي صاغ السياسات والخطط واتخذ القرارات، بذريعة اللحقاق بالعصر المعلنة. أي أنه يكمن في تناقضات هذا العقل العربي الحديث وهشاشته واستلابه وبعده عن البحث الموضوعي وارتهانه لأجندة سياسية تهدف إلى تحييد الشعوب وتهميشها وضمان خضوعها أكثر بكثير مما تهدف إلى تحريرها والارتقاء بشروط حياتها وتفكيرها.

في هذه الحالة، لن نعثر على شيء ولن نخرج بشيئ من تكرار النقد الايديولوجي لتراث القدماء الذي لا يزال مستمرا منذ قرن، ولن نستطيع أن نكسر الحلقة المفرغة للتفكير الايديولوجي المرتهن للصراع السياسي وندخل في منطق المعرفة العلمية وفهم الواقع من جهة، والتقدم في اتجاه بناء أسس المستقبل ومبادئه من جهة ثانية، من دون أن نبدأ بنقد العقل العربي المحدث نفسه، العقل والفكر والنظريات والطروحات التي قادت بناء الدولة والمجتمع والفكر في العصر الحديث، في مجتمعاتنا، والتي يفسر إخفاقها وحده ما تشهده هذه المجتمعات اليوم من انبعاث ملفت للوعي القديم ولتصوراته الدينية والسياسية والاجتماعية الاكثر فقرا وسذاجة لمواجهة انهيار عالمهم الحديث.

 

 

يشكل هذا الكتاب الفصل الأول من مشروع مراجعة نقدية لتجربة النهضة العربية، ثقافية وسياسية وإجتماعية، التي نشأت من تصادم الحضارتين العربية الاسلامية والغربية وتفاعلهما، منذ القرن التاسع عشر، وطبيعة "الحداثة" والثقافة الحديثة التي ولدت منهما، والتحديات التي نشأت عنها، والمصاعب التي واجهتها المجتمعات لإعادة تشكيل هويتها وأساليب عملها ونظمها المختلفة والتناقضات التي رافقتها وسقف الطموحات التي تعلقت به وحدودها في الوقت نفسه.

ويقدم الكتاب منظورا مختلفا لفهم أسباب إخفاق هذه النهضة ومناقضا لتلك الطروحات التي سعت إلى البحث عن مفتاح فهم الطريق المسدود الذي وصل إليه جهد العالم العربي في التحديث والاندراج في مدنية العصر والحداثة خلال العقود الطويلة الماضية في نقائص التراث العربي الاسلامي أو في الجمود الفكري كما فعل الاصلاحيون الاسلاميون في نهاية القرن التاسع عشر. فيبين أن أصل هذا الأخفاق، بعكس ما يسعى إلى إشاعته أيضا بعض المستشرقين المعاصرين الذين يركزون على الطبيعة السحرية والانفعالية والشفوية أو المتكلسة للثقافة العربية وافتقارها لتراث الحكمة المنطقية والمحاكمة العقلية والبحث العلمي، موجود في العقل الحداثي أو التحديثي العربي الجديد نفسه، واقتدائيته وتبعيته وخضوعه للرهانات الايديولوجية وتصنيعه للآليات الدفاعية التي تسعى إلى تكريس سيطرة النخب الاجتماعية والتغطيشة على فشلها وتهربها من المسؤولية. وهذا هو "العقل" الذي قاد عمليات التغيير وبناء الدولة وقيادتها، وهو الذي صاغ السياسات والخطط واتخذ القرارات، بذريعة اللحقاق بالعصر المعلنة. أي أنه يكمن في تناقضات هذا العقل العربي الحديث وهشاشته واستلابه وبعده عن البحث الموضوعي وارتهانه لأجندة سياسية تهدف إلى تحييد الشعوب وتهميشها وضمان خضوعها أكثر بكثير مما تهدف إلى تحريرها والارتقاء بشروط حياتها وتفكيرها.

في هذه الحالة، لن نعثر على شيء ولن نخرج بشيئ من تكرار النقد الايديولوجي لتراث القدماء الذي لا يزال مستمرا منذ قرن، ولن نستطيع أن نكسر الحلقة المفرغة للتفكير الايديولوجي المرتهن للصراع السياسي وندخل في منطق المعرفة العلمية وفهم الواقع من جهة، والتقدم في اتجاه بناء أسس المستقبل ومبادئه من جهة ثانية، من دون أن نبدأ بنقد العقل العربي المحدث نفسه، العقل والفكر والنظريات والطروحات التي قادت بناء الدولة والمجتمع والفكر في العصر الحديث، في مجتمعاتنا، والتي يفسر إخفاقها وحده ما تشهده هذه المجتمعات اليوم من انبعاث ملفت للوعي القديم ولتصوراته الدينية والسياسية والاجتماعية الاكثر فقرا وسذاجة لمواجهة انهيار عالمهم الحديث.

 

 

REVUE D'ÉTUDES PALESTINIENNES - Majed Nehme

N: 20      1986    

La raison assasinée : la culture arabe entre tradisionalisme et depéndece

" Penser", l'impasse dans laquelle se trouve prise aujourd'hui l'idéologie arabe n'est pas une tache aisée . La pretention –légitime-de vouloir  "comprendre"et expliquer " la decadence généralisée que vit actuellement  le monde arabe" l'est encore moins. Cest pourtant I'objectif que s'est fixé le sociologue syrien  Burhan Ghalioun dans son dernier ouvrage Le discours  didactique, l'outil conceptuel et l'àpproche sociolgique qui  a caractérisent sa démarche tout au long de cet essai ont indéniablement aidé l'auteur à saisir - et à faire saisir ce qui semble à première vue insaisissable, à savoir « l'irrationalité » apparente dans la quelle se débattent les classes dirigeantes du monde arabe, tant sur le plan culturel que politique.

la raison assassinée est d'abord un bilan-synthèse de l'idéologie arabe contemporaine née du choc de civilisation avec l'Occident conquérant, dominateur et triomphant. En effet, « la montée de l'hégémonisme européen en particulier, et occidental en général, dans le monde entier, a sonné le glas des civilisations traditionnelles, déclenché la décomposition de leurs infrastructures. les laissant face à une crise historique prolongée, tant sur le plan matériel que spirituel , (p. 5). La civilisation arabe n'était pas à l'abri de ce choc historique, bien au contraire, elle s'y est trouvée au cœur même. la décomposition de l'Empire Ottoman au xix siècle, puis son éclatement au début du xx siècle se sont répercutés sur le fonctionnement mème des mécanismes du pouvoir politique, sociail, et économique de ces sociétés, réduisant ainsi à néant son efficacité et son rayonemet.

Dès lors, la société arabe, poursuit B. Ghalioun a été habitée par une seule hantise : la recherche d'un nouvel ordre idéologique, politique et économique. « de nouveaux équilibres » (p. 6) pour stopper cette perdition, se regénérer, se frayer un chemin dans le monde actuel, et participer activement à la marche de la civilisation moderne. Un premier espoir déçu : Muhammad 'Ali qui, le premier, a voulu jeter les bases de l'industrialiastion et du développement dans Le monde arabe en prenant l'Égypte comme point de départ a dù se résigner à meme un terme à son expérience modernisatrise et intégratrice, et se replier sur son sanctuaire égyptien sous les coups de boutoir des armées européennes. Cependant. si l'intervencion militaire extérieure a eu raison de cette expérience, prometteuse à plus d'un titre, le caractère bureaucratique et militariste du régime qui a déclenché ce processus mais n'a jamais pu ou su mobiliser les ressources et les masses dont il disposait a autrement que par la contrainte et la violence, a également été pour quelque chose dans cette déconvenue.

D'autre part, et c'est là un grand paradoxe, c'est l'interruption brutale de cette expérience qui a annoncé l'avènement de ce qu'il est convenu d'appeler, depuis la renaissance al-Nahda ; les idées véhiculées par ce mouvement étaient celles de l'unité politique du monde arabo-musulman . du renouveau culturel et spirituel et des réformes religieuses. Les associations cultùrelles, les cercles littéraires et les avec un nouveau regard, sans complaisance et sans a priori l'idéoiogie (ou les idéologies) de la renaissance afin que nous puissions concevoir les conditions, théoriques et pratiques, d'une riposte.

Cette démarche critique nécessiterait un énorme travail d'investigation puisqu'il s'agit de s'attaquer à plus d'un siècle de production culturelle, politique et sociologique. Pour mener à bien ce projet ambitieux, l'auteur nous propose une trilogie dont cet ouvrage constitue le premier volet (Critique de la culture). Les deux autres, consacrés à la critique du politique et du social, feront chacun l'objet d'une étude séparée.

Ghalioun se défend, d'emblée, de vouloir proposer une « théorie de la renaissance culturelle » (p. 33). II s'agir plutôt d'« une réflexion sur la place de la culture, de son role et de sa fonction dans le conflit social ... » (p. 34). Cette réflexion ne peut s'opérer qu'à partir d'une autre réflexion sur des thèmes tels que la renaissance, l'identité cultureile, la modernité, la rationalité, etc. Ce sont d'ailleurs ces mêmes thèmes qui constituenc l'axe autour duquel s'articulent les chapitres du livre:« de la méthodologie de la pensée arabe moderne» (p. 19), « la problématique du changement culturel » (p. 79), << la désintegration de la civilisation arabe et le retour aux origines » (p. l 55), « la crise de la conscience arabe moderne » (p. 236), « de la modérnité à la renaissance : la dialectique de l'identité nationale et du mondialisme)> (p. 293), « la résurgence de l'héritage culturel et la critique de la raison » (p. 309), etc.

Il ne nous appartient pas d'exposer ici même toutes les idées développées par l'auteur. Il nous a semblé cependant utile de souligner les quatre questions, distinctes et solidaires à la fois, qui constituent, selon B. Ghalioun, la base de toute révision de la théorie et de mure critique de la pratique, et qu'il a brillamment développées tout au long de son livre

- La question de la culture arabe en ce qu'elle contient d'éléments hérités, de valeurs vivantes, d'éthique, de connaissances, de références au spirituel et au religieux, et dans sa relation avec la renaissance, le pouvoir, le développement.

- La question de la légimité du pouvoir politique, de son essence et de sa structure : despotisme absolu ou démocratie pluraliste, État national ou impérial

- La renaissance culturelle et le progrès historique, étant entendu que la première rerflète le rapport  de la nation à l'histoire et la place que elle y occupe.

- Cette question renvoie à son tour à d'autres questions secondaires telles que la déinition du contenu de la renaissance culturelle  les raisons de son achèvement, les lois qui régissent son évolution, les méthodes de son étude ... Elle envoie également à une étude comparée de la renaissance matérielle et de la renaissance spirituelle ainsi que de leur interaction. L' étude des problèmes liés au changement social, intellectuel, économique et politique, à ses modalités, aux raisons de son échec ou de sa réussite, fair encore partie de cette question .

-La question de la formation sociale.

Une fois le champ d'investigation délimité et défini, l' auteur s' attaque aux  autres problèmes et en premier lieu le développement de la dialectique de la modernité et du traditionalisme qui constitue, incontestablement, la contribution capitale du livre, dans la mesure ou il démonte les mécanismes de la rupture au sein même de la société arabe. La modernité, fruit d'un certain système éducatif occidentalisé, a  produit  une élite libre de tou  Lien, et « libérée de tout pouvoir > tant social que culturel. En se servant de science et de ses connaissances pour assurer son ascension sociale, défendre ses nouveaux intérêts et consommer sa rupture avec le reste de la société, l'élite est devenue en quelque sorte (( la detentrice du monopole de la science, de la liberté et du pouvoir ,  (p. 137). Le tiraillement de la société arabe entre deux appartenances, l'une mondiale ét l'autre «populaire> s'est en fait transformé en une rupture au niveau de la conscience sociale elle-même. On assiste alors à l'émergence de deux consciences bien distinctes aù sein mêmè de la communauté nationale, ayant chacune sa propre conception de soi, du monde, du pouvoir et de la religion. Pour comprendre l'état de guerre civile permanente -mais non déclarée - que vit le monde arabe il faudrait toujours, semble dire Burhan Ghalioun, avoir présence à l'esprit cette rupture . En effet, unë fois dissipés les espoirs de progrès, de développement et de renaissance entretenus par l'élite dite moderniste au pouvoir. aux premières années de l'indépendance,« la majorité sociale a réalisé que le régime moderniste qui a vu le jour à l'issue de l'indépendance, n 'était pas en fin de compte sensiblement différent de ses prédécesseurs et que les élites sociales locales, héritières des positions et du rôle des colons blancs, ont commencé à s'identifier aux ex-dominateurs, tanc au niveau du comportement que de la manière de vivre. Elle a progressivement constaté que les échanges entre ces élites et l'ex-métropole coloniale sont devenus plus importants que les échanges avec les autres composantes de la communauté nationale. » L'aggravation des contradiccions et l'impuissance de ces élites à y remédier ont  poussé ces dernières à recourir à la répression et à la violence aveugle contre la majorjté qui les contestent, mettant à profit la domination absolue qu'elles éxercent sur les appareils modernes de l'Étal (administration, armée, parti unique ... ). Pour répondre à la violence de l'Étal, omniprésent et tout puissant, les classes populaires n'ont rien trouvé de mieux que de se réfugier derrière les structures sociales ,traditionelles délaissées ou non encore investies par ces élites : la religion, la tribu, la communauté confessionnelle. Ainsi donc, conclue B. Ghalioun, le retours aux traditions, fussent-elles les plus moyenâgeuses, et, devenu une sorte de paravent, de protection, un moyen d'assumer les aspirations collectives et humaines que l'État moderne a foulées aux pieds (p. 138).

Vu sous cet angle, le rejet des idées de modernité, ou des utilisations qui en sont faites, ne constitue pas pour autant « un appel collectif à l'instauration d'un État théocratiqûe » comme le laisseraient entendre certains mouvements intégristes (p. 300), mais simplement le désir de ne plus voir la modernité « brandie contre l'identité» (p. 301), et contre la société civile. D'ailleurs, poursuit l'auteur, les fondamentalistes qui interprèteraient ce phénomène de rejet autrement que comme rejet politique et social risqueraient de payer très cher cetce erreur, comme ils en ont fait déjà l'expérience amère dans le passé toue proche (p. 300).

L'ouvrage de Burhan Ghalioun est une contribution capitale à la critique de l'idéologie arabe contemporaine. Elle l'est d'autan, plus qu'elle s'effectue à un moment où toutes les issues, pour sortir de la crise paraissent condamnées. Le mérite de ce livre réside justement  dans I' alternative valable et optimiste qu 'il propose, et qui a l'inverse de toutes les autres alternatives déja pronées, n'a rien d e magique. (( il faudrait, conclut-il, admetre que l'antagonisme est base d 'unité, que le conflit est source de liberté et de progrès. Faisons donc confiance à la raison, à l'homme. Le dialogue n 'est possible qu'à cette condition. Ouvrons donc des « zones franches » pour la liberté, car la seule politiqtie culturelle fructueuse est la liberté de la culture» (p. 350).

Là chaleur du style, d'ailleurs d'un accès facile - chose rare dans ce genre d'essais - l'extrême lucidité de l'analys, la richesse et la solidité de l'argumentation et surtout l'enrichissement théorique méthodologique qu' il apporte font de La raison assassinée un modèle  du genre et une référence que toute  personne préoccupé par les debats qui secouent le monde arabe se devraient de lire .